Vous n’aurez pas ma haine

vous n aurez pas ma haine

 

Auteur: Antoine LEIRIS

Pages: 139

Editions: Fayard

 

Résumé:

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l’horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n’aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n’a qu’une arme : sa plume. L’horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre dans ce témoignage poignant.

 

Mon avis:

J’ai découvert cet homme quelques jours après les attentats du Bataclan dans sa lettre ouverte sur Facebook.

On y voyait la tristesse, l’amour qui y apparaissaient. Lorsque j’ai appris qu’il sortait un livre témoignage, j’ai voulu le « découvrir ».

Nous avons tous été touché par ce tragique attentat, nous laissant tristes, abasourdis, inquiets mais surtout impuissants face à cela.

Dans ce livre nous découvrons la vie et l’intimité de l’auteur à partir du moment où il reçoit un SMS d’un de ses amis pour savoir si lui et sa famille sont en sécurité. Pourquoi ce message? Il le découvre bien assez tôt et l’horreur se déploie alors autour de lui. Mais surtout, comment protéger son petit garçon qui n’est pas en âge de comprendre que sa maman ne reviendra pas?

Ce livre est une belle leçon, de résistance, de vie aussi car il réapprend à vivre pour son fils malgré les regards appuyés, les paroles autour de lui et surtout de montrer aux terroristes que malgré l’acte affreux qu’ils ont commis, ils n’auront pas sa haine.

 

Citation:

« Je n’ai pas de baguette magique. Notre coccinelle s’est posée sur le nez de la sorcière, elle avait une Kalachnikov en bandoulière et la mort au bout du doigt « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s