Mirage

mirage

Auteur: Douglas KENNEDY

Nombre de pages: 426

Editions: Belfond

Synopsis:

Robyn le sait, son mari Paul est loin d’être parfait. Artiste fantasque, insouciant, dépensier, ce jouisseur invétéré a du mal avec les limites du quotidien. Le couple s’aime encore mais la crise couve. Sans compter la question des enfants. Robyn en veut un, Paul est d’accord. Mais le temps presse et rien ne se passe.

Pourquoi pas un voyage au Maroc? Changer d’air, prendre le temps de vivre, se redécouvrir, et faire enfin ce bébé qui leur manque tant.

Sur place, la magie opère: Paul se remet à peindre et Robyn à espérer. C’est alors qu’une nouvelle tombe, un secret révélé, si lourd, si explosif, qu’il dévaste tout. Et Paul disparaît.

Folle de douleur, terrifiée à l’idée de perdre celui qu’elle ne peut s’empêcher d’aimer, Robyn va se lancer à sa recherche. Une quête qui la consuira au bout d’elle même…

Mon avis:

Depuis que ce livre est sorti, il me faisait très fortement de l’œil. Je n’avais jamais lu de livre de Douglas KENNEDY auparavant et lorsque j’ai vu ce livre à la médiathèque je me suis dit que c’était l’occasion.

Lorsque l’on commence ce livre, on est tout de suite happé dans l’histoire. On se retrouve au sein d’un couple en crise, au bord de la rupture.

Paul est artiste, il est rêveur, très dépensier et n’a pas les pieds sur terre. Robyn, sa femme, est expert comptable, très terre-à-terre, qui essaye d’aider ses clients à s’en sortir quand ils sont au bord du gouffre financier. C’est dans son activité qu’elle a rencontré Paul, il est venu la voir quand il a frôlé le contrôle et surtout le redressement fiscal.

Après une crise très virulente, Paul saisi sa dernière chance de sauver son mariage et propose à Robyn de partir au Maroc pour des vacances qui leur permettront de lâcher un peu leur monde et de lui permettre de retrouver son inspiration pour le dessin et la peinture.

Tout se passe à merveille et nous découvrons les paysages magnifiques jusqu’à la révélation!! Et là c’est le choc! Robyn est un personnage très attachant et là elle le devient encore plus. On est pris d’une vague d’émotions et on ressent avec elle le choc de la trahison. C’est à ce moment là que Paul décide de disparaître!!

S’engage alors un voyage à travers le Maroc pour Robyn afin de retrouver Paul et de lui permettre de s’expliquer et pour elle de comprendre et de pouvoir tirer un trait sur tout ces problèmes!

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, le personnage de Robyn est très attachant et le voyage à travers le Maroc est très agréable. La plume de l’auteur est très agréable et très fluide. Cela me donne envie de lire un autre livre de l’auteur.

La zone d’intérêt

la-zone-d-interet-631745

Auteur: Martin AMIS

Nombre de pages: 400

Editions: Calmann-Lévy

Synopsis:

La météorologie du coup de foudre ou comment faire basculer l’ordre dans un système allergique au désordre.

Comment explorer à nouveau la Shoah sans reprendre les mots des autres?Comment oser un autre ton, un regard plus oblique? En nous dévoilant une histoire de marivaudage aux allures de Monthy Python en plein système concentrationnaire, Martin AMIS remporte brillamment ce pari. Une manière habile de caricaturer le mécanisme de l’horreur pour le rendre plus insoutenable encore.

Mon avis:

Suite à un concours sur le site my boox, j’ai été sélectionné pour recevoir un livre qui est la zone d’intérêt de Martin AMIS contre une critique sur le site. Ce fut avec grand plaisir que je me suis lancé dans ce défi.

Le thème de ce livre est assez délicat au premier abord: la vie de plusieurs personnages à l’intérieur du camp de concentration Kat Zet I en Pologne.

Mais la différence au vu du synopsis est que l’on ne suit pas les personnes au sein du camp mais plutôt la vie en haut de la hiérarchie nazie dans le camp: un commandant vaniteux et alcoolique, sa femme, très belle qui attire tous les regards, et surtout celui d’Angelus THOMSEN, officier S.S et SMULZ, chef du SonderKommando.

Le premier personnage que l’on suit est Angelus THOMSEN et le cadre est placé tout de suite autour de ce personnage: il ne pense qu’à une chose, draguer et coucher avec toutes les femmes, surtout celles mariées. Celle qu’il cherche à avoir par dessus tout est Hannah, la femme du commandant.

Le second personnage est le commandant, Paul DOLL, il gère l’arrivée des transports de juifs. Il fait parti intégrante de la création des camps de concentration et il en est très fier, ce qui le rend encore plus detestable. il considère tout cela comme un grand spectacle où il serait le chef d’orchestre. Et pour faire passer tout ça, il boit des grandes quantités de cognac.

Le dernier personnage que l’on suit est SMULZ, qui est le personnage le plus discret et le plus touchant dans ce récit. C’est un juif qui travaille dans les chambres à gaz et à la morgue. Contrairement aux deux autres, ce travail, il ne le fait pas par plaisir et il doit vivre avec la mort chaque jour en se demandant quand viendra son tour.Son seul bonheur est le droit d’avoir de la viande, de l’alcool et un lieu chaud pour dormir. On le sent déprimé et triste car c’est son peuple et certains de ses proches que l’on tue.

L’un des points négatifs de ce livre est l’utilisation de nombreux mots en allemand, certains se déduisent mais d’autres sont plus difficiles et une traduction est nécessaire. Il en est de même pour un petit paragraphe dans le début du livre où SMULZ cite trois phrases qui ne sont pas traduites.

Certains passages sont difficiles car ils expliquent ce qui est fait aux corps sortant des chambres à gaz, ils ne parlent même pas d’hommes ou de corps mais de pièces ce qui est encore plus déstabilisant et choquant vu le contexte, déjà difficile.

Pour conclure, ce livre est intéressant mais tout le monde ne l’appréciera pas, vu le contexte et l’histoire d’amour qui est la trame principale dans ce lieu si funeste.

Shutter Island

51v9GOpVMmL._SX323_BO1,204,203,200_

Auteur: Dennis LEHANE

Nombre de pages: 393

Editions:Rivages/noir

Sortie en format poche en janvier 2012

Synopsis:

Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre.C’est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le marshall Teddy DANIELS et son coéquipier Chuck AULE ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel SOLANDO, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme? Progressivement, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité.

Mon avis:

Ayant vu le film avec Leonardo DiCaprio plusieurs fois (il faut voir la fin au moins deux fois pour comprendre! 🙂 ), j’avais trouvé l’histoire très intéressante.

Puis j’ai découvert que le livre Shutter Island existait et j’ai pensé qu’il serait intéressant de le lire afin de comprendre tous les détails ainsi que les différences par rapport au film.

Tout d’abord je trouve captivant que ce livre se passe dans les années cinquante.On se retrouve sur une île au sein d’un institut psychiatrique et carcéral et vu l’époque, le seul moyen de communication est la radio ce qui fait que nous sommes plongés et isolés sur cette île tout au long du livre.

Les rêves du personnage principal Teddy DANIELS, nous permettent de comprendre son passé, son travail mais aussi sa famille.Il est accompagné d’un nouveau équipier Chuck AULE, qui est plutôt réservé mais qui analyse toutes les situations pour compléter les avis de son « chef ».

Ils viennent sur cette île pour trouver l’explication de la disparition d’une patiente, Rachel SOLANDO, qui a laissé derrière elle un étrange code que Teddy va essayer de comprendre et de déchiffrer grâce à son expérience par le passé. Mais les élements vont se déchainer contre eux et une terrible tempête va les bloquer sur l’île.

Mais Teddy cache bien des secrets et l’histoire que l’on suit n’est peut-être pas celle que l’on croit.

La fin est déroutante et nous fait voir les choses d’une toute autre façon. C’est un livre très prenant que je conseillerais à toutes les personnes ayant vu le film et qui veulent comprendre les choses plus profondément et mieux décrypter le passé de Teddy ou aux personnes qui n’ont pas vu le film mais veulent se plonger dans un livre prenant, déstabilisant et qu’on ne peut pas lâcher!

Le prédicateur

41YDjF87F1L

Auteur: Camilla Läckberg

Nombre de pages: 500

Edition Babel noir

Synopsis:

Dans les rochers proches du petit port de Fjällbacka, on découvre le cadavre d’une femme. L’affaire se complique quand apparaissent, enfouis plus profondément au même endroit, les squelettes de deux jeunes filles disparues vingt-quatre ans plus tôt. Revient ainsi en lumière la famille Hult, dont le patriarche magnétisait les foules en compagnie de ses petits garçons dotés de pouvoirs de guérisseurs. Depuis cette époque et un étrange suicide, la lignée est divisée en deux branches qui se haïssent.

L’inspecteur Patrick Hedström est chargé de l’enquête en cette période estivale où l’incident pourrait faire fuir les touristes, et qui, canicule oblige, rend difficile les dernières semaines de grossesse de sa compagne Erica Falck. Alors que s’assemblent les morceaux du puzzle, on apprend que Jenny, une adolescente en vacances dans un camping, a disparu…

Mon avis:

Après avoir dévoré le premier tome, La princesse des glaces, je me suis plongé dans ce deuxième tome. Dès les premières pages, nous sommes happés dans l’histoire et il devient difficile de s’arrêter.

Nous retrouvons les personnages de Patrick et Erica quelques mois après la fin du premier tome et nous découvrons qu’Erica est enceinte, mais cela ne l’empêche pas de se mêler de l’enquête comme à son habitude. Patrick doit faire face au besoin de rester avec Erica pour cette fin de grossesse mais aussi de devoir s’occuper de ce meurtre dans cette petite ville « tranquille ».

Ce tome nous présente la famille Hult, de grande réputation, qui cache en son sein de lourds secrets familiaux et de non-dits. Le patriarche de cette famille était un prédicateur de grande renommée, ce qui a permis a la famille de se faire une grande réputation et d’obtenir plus d’argent pour pouvoir vivre dans de très bonnes conditions. L’autre partie de la famille vit dans un lieu insalubre, les enfants sont connus de la police pour leurs délits et la mère ne vit que pour son passé.

Dès les premières pages nous sommes plongés dans l’horreur avec la découverte macabre de cette jeune femme morte dans les rochers.Cette dernière n’est connue de personne et cela rend l’enquête beaucoup plus difficile d’avancer.

J’ai adoré retrouver les personnages du premier tome, aussi bien les personnes travaillant dans le commissariat comme par exemple le chef qui ne fait rien mais récolte toujours les lauriers du travail de Patrick, que l’entourage d’Erica comme par exemple sa soeur Anna et de voir l’évolution de cette famille.

La fin de ce tome nous permet de comprendre tous les secrets de la famille Hult, d’avoir les réponses pour les nombreuses questions qui se posent au fil de la lecture mais nous laisse ausssi avec le besoin de connaître la suite afin de voir ce qu’il va se passer pour nos divers personnages.