Un parfum d’encre et de liberté

un-parfum-d-encre-et-de-liberte

 

Auteur: Sarah McCoy

Pages: 386

Edition: Michel Lafon

 

Résumé:

1859. Deux ans avant le début de la guerre de Sécession. Sarah Brown, fille d’un célèbre abolitionniste, se résigne à ne pas avoir d’enfant.  » Qui voudrait l’épouser ?  » se désole sa mère… Sarah retrouve pourtant goût à la vie en s’engageant avec sa famille dans un groupe de résistants, qui aide les esclaves à fuir leur terrible sort vers le nord de l’Amérique. Grâce à ses talents artistiques, elle retrace et dissimule dans ses dessins les cartes secrètes qui mènent à la liberté. 2014. Eden et son mari, un couple en manque d’enfant, emménagent dans une ancienne demeure de la petite ville de Charleston en Virginie. Alors qu’Eden vagabonde dans sa maison en compagnie de sa voisine, une fillette énigmatique, elle découvre une tête de poupée soigneusement cachée dans le cellier. Malgré les ravages du temps, elle entrevoit de curieuses lignes sur le visage de porcelaine, dans lequel se trouve une mystérieuse clé… Plus d’un siècle sépare Eden et Sarah mais leurs routes vont s’entrecroiser. Car sur la grande carte du monde et de l’Histoire, le passé et le présent se rejoignent dans le destin de ces deux femmes qui dépassent la douleur de ne pas être mères et se révèlent à elles-mêmes.

Mon avis:

C’est le premier livre que je découvre de l’auteur et je dois dire que j’ai passé un très bon moment.

Cette histoire nous transporte à deux époques bien distinctes: vers 1860 et à l’époque actuelle.

Au XIXème siècle, nous suivons Sarah, qui est la fille de John Brown, un homme qui fait passer les esclaves sur le chemin de fer clandestin afin qu’ils puissent échapper à la menace présente à cette époque et à la guerre de Sécession qui approche.

Dans le présent, on suit Eden qui emménage avec son mari dans une petite ville car ils ont des problèmes de couple. Ils ont des difficultés à avoir un enfant et cela rend la situation compliquée. Jack achète un chien à sa femme mais elle croit qu’il veut juste remplacer l’absence d’un enfant et le rejette totalement. Cleo, la petite voisine va s’occuper de lui et va nouer une relation avec Eden. Suite à cela, elle va découvrir une tête de poupée dans un cellier, qui va nous faire comprendre la vie de Sarah et sa famille bien des années auparavant.

Cette histoire est bouleversante et nous permet de comprendre une partie de l’Histoire un peu moins connue pour moi: l’esclavage et la traite de ces esclaves à cette époque.

De plus, le personnage de Sarah Brown est inspiré d’une personne ayant vraiment existé. D’ailleurs, il y a quelques pages à la fin du livre sur elle, sur le musée qui lui est dédié et c’est très intéressant.

J’ai un autre livre de cette auteur, un goût de cannelle et d’espoir, dans ma PAL et j’ai hâte de pouvoir le découvrir.

Note:18/20

Publicités

Une réflexion sur “Un parfum d’encre et de liberté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s